Lundi Coinche au Shrubbery le 29/10/18

Bonjour cherEs amiEs lecteurs,

Je suis en route pour la petite bourgade de Villeurbanne où se déroule le dernier lundi de chaque mois une réunion particulière appelée « Lundi coinche ». De joyeux lurons se retrouvent dans le bar du coin, le Shruberry au 17 rue d’Inkermann dès 19h afin de créer du lien autour de ce jeu, intégré dans leur culture locale et transmis de génération en génération…

Lors de mon voyage, je m’arrête chez les coincheurs de tous horizons. Je me retrouve donc actuellement dans la petite ville de Marseille, où la coinche est aussi une tradition sérieuse…

J’ai eu l’occasion de partager une coinche avec quelques locaux. Premier constat : nous ne parlons pas de coinche mais de contrée. « P », mon hôte se moque gentiment de mon accent et de mon ignorance de ce terme « Avé ! On dit contrée chez les gens civilisés, pas « couainche » mouahaha !». Je m’excuse platement de mon impair et propose de me joindre à eux pour une… contrée…

C’est parti et premier choc des culture :, le donneur peut mélanger le jeu s’il le désire… je ne me formalise pas. Puis immédiatement, la distribution se fait dans LE SENS INVERSE DES AIGUILLES D’UNE MONTRE ! Je suis déconcertée mais arrive à garder ma curiosité de voyageuse…

Je demande une petite précision : chez moi, quand je ne peux pas fournir la couleur demandée et que mon adversaire à déjà coupé, je suis quand même obligée de fournir de l’atout, mais si je ne peux pas monter. Horreur ! J’ai choqué mes hôtes, et celui que nous appellerons Jissé ne me ménage pas : « Mé nan ! Tu peux pas monter, t’y es pas obligé de fournir. Tu sais jouer t’y es sûre ? Le valet c’est la plus forte carte à l’atout j’te rappelle ! ». Autant agacée que honteuse, j’intègre cette information lors de mon jeu.

Les parties se déroulent ainsi dans une ambiance de compétition. Tous les coups sont permis et mes adversaires usent de tous les moyens pour me déstabiliser : regards oppressants, jets de cartes à la figure, noms d’oiseaux du type « fistignole va ! », mauvaise foi… mes nerfs sont mis à rude épreuve…

Bilan de la rencontre : 1 partout ! Pas de temps pour la belle, mes adversaires auraient-ils finalement peur ?

Je reprends la route donc afin de rencontrer les coincheurs croix-roussiens samedi 27 octobre pour un tournois, avant de finir mon expédition au Shruberry le lundi 29 octobre à 19h où l’ambiance est, parait-il, bon enfant et bienveillante.

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Sarah de Maximy, pour Montée Coinche

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *